Naissance et renaissance des femmes : la révolution douce

Au cours d’événements tels que les crises économiques, les guerres ou les catastrophes climatiques, des formes de souffrance psychique apparaissent qui dépassent l’expérience de l’individu, affectant à la fois le niveau collectif et les générations suivantes. La rapidité avec laquelle on perd ses habitudes et même ses proches est choquante et la douleur continue de nuire aux victimes et à leurs descendants.

La nouvelle urgence Coronavirus – qui n’a pas encore été contenue – a déstabilisé la vie de chacun d’entre nous en peu de temps. Elle nous a rendus perdus et complètement pris au dépourvu pour faire face à la situation. Nous sommes passés du stress individuel à un phénomène collectif.

Ce que nous avons perdu, ce n’est pas seulement de l’affection, mais aussi une partie de notre identité. À ce stade, les rôles de la mémoire et de la commémoration sont fondamentaux pour aider les survivants à recomposer l’expérience brisée et les populations touchées à intégrer les traumatismes subis tout au long de l’histoire dans l’identité collective.

La virologiste Ilaria Capua, directrice du One Health Center of Excellence de l’université de Floride, déclare que dans cette crise, un fait surprenant pour les personnes impliquées dans la science et les statistiques est la résistance des femmes au Covid 19. La relation avec les hommes semble être de 8 à 2. La raison de cette semi-immunité n’est pas encore scientifiquement prouvée. Il se peut qu’elles soient plus prédisposées que les hommes à suivre scrupuleusement les règles d’hygiène, il se peut aussi qu’elles soient biologiquement moins sensibles au virus. Le fait est qu’une fois de plus, la nature montre de quoi ils sont faits.

Ce sont précisément les femmes qui sont les plus capables de reconstituer les fragments de notre vie, une tâche ardue.

Ce sont eux – qui ont toujours été considérés comme des sujets fragiles de la société – qui démontrent une fois de plus qu’ils possèdent la force et la ténacité nécessaires pour faire face à ce moment de crise et d’évolution de l’époque.

Ils sont le moteur du changement, à commencer par la culture, les écoles et les universités, qui sont les secteurs les plus exposés aux risques de contagion, mais ils sont aussi ceux à partir desquels commencent la renaissance et la reconstruction.

Les lieux de la renaissance sont aussi nos centres de beauté, tout aussi importants pour le soin de soi, de sa santé et de son identité. C’est précisément ici que les femmes se ressourcent en redécouvrant leur Beauté et leur Bien-être avec l’aide précieuse des coiffeurs et des esthéticiennes.

Nous tenons à vous rappeler que l’industrie de la beauté est l’un des secteurs les plus florissants. Il n’y a pas de crise qui fasse sombrer cette valeur. La demande constante de cosmétiques persiste parce que c’est une formule de bonheur. C’est de là que les femmes tirent leur joie de vivre et leur énergie : se sentir belles !

L’industrie cosmétique emploie 36 000 personnes, dont 54% de femmes, un pourcentage vraiment significatif. Les diplômés représentent 11 % des personnes employées, contre une moyenne nationale de 6 %, et les femmes représentent à nouveau 45 % des diplômés du secteur.

Dans le scénario de « consommation » de la beauté, environ 76% sont absorbés par les femmes, les 24% restants par les hommes. Sur la « consommation » totale de la beauté, 80 % des services, outils et objets sont achetés de manière indépendante par des femmes, 19 % par des couples et 1 % par des hommes célibataires. Ces données nous donnent une vision claire de l’importance de la figure féminine dans l’économie et la société d’aujourd’hui et de la manière dont la figure féminine émerge en termes de capacités et de talents.

À la lumière de cette vérité, je crois fermement en une possible révolution douce qui peut faire renaître notre société de ses cendres. Elles, les femmes, qui ont toujours été un modèle de gestion domestique et ont toujours été des anges du foyer, je voudrais qu’elles retrouvent leur rôle d’éducatrices de la famille. Une famille qui a également été bouleversée dans ses habitudes, mais plus unie. Une fois de plus, les mères ont la tâche d’enseigner les nouvelles pratiques d’hygiène comme elles le faisaient dans le passé… en mettant l’accent sur l’environnement.

L’espoir – mais aussi l’engagement – de chacun est de pouvoir s’adapter aux nouvelles habitudes de vie, en garantissant un équilibre de droits et de devoirs entre les personnes, et entre les personnes et l’environnement.

Dans cette évolution, nous avons tous notre rôle à jouer. Nous devons être prêts à faire face à la lente réappropriation de la réalité, mais avec des précautions supplémentaires, de nouveaux rôles et des outils différents. Donnons plus de confiance aux femmes, elles sont les médiatrices de cette nouvelle ère historique : soutenons-les et aimons-les !

Rester informé des prochains articles et initiatives

    Politique de confidentialité
    En envoyant cette demande, je déclare avoir lu la politique de confidentialité de ce site et j'accepte le traitement de mes données personnelles pour la gestion de cette demande.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.