L’informateur cosmétique qualifié ICQ®. Entretien avec Maria Teresa Ascioti

Entretien avec Maria Teresa Ascioti, pharmacienne, cosmétologue, créatrice et responsable du projet éducatif Informatore Cosmetico Qualificato ICQ®.

La cosmétique joue un rôle central dans le projet de santé et de bien-être de chacun d’entre nous et le besoin de professionnels qualifiés, capables de fournir des informations fiables, des conseils précis et de guider le consommateur vers des choix corrects, est plus nécessaire que jamais et de plus en plus demandé. La réponse s’appelle Qualified Cosmetic Informer. Nous en parlons aujourd’hui avec le Dr Maria Teresa Ascioti, pharmacienne, cosmétologue, responsable nationale du projet de formation et de la coordination des cours ICQ® et vice-présidente de l’Association italienne des informateurs cosmétiques qualifiés (AIICQ).

GA : Dr. Ascioti, avec vous le projet éducatif ICQ® dont vous êtes toujours responsable. Quelles sont les motivations qui vous ont poussé à commencer ?

MTA : Etant né et travaillant dans des pharmacies, j’ai eu l’occasion d’observer l’évolution du secteur cosmétique d’un point de vue privilégié. L’idée d’un parcours didactique consacré à la cosmétique – comprise comme une discipline de l’histoire et des sciences qui définit un territoire complexe, dynamique et moteur pour l’économie mondiale – a pris forme, constatant l’absence de figures de référence capables d’informer et de conseiller le consommateur avec compétence. Cette lacune professionnelle évidente correspond à un déficit de formation inacceptable qui, aujourd’hui plus qu’hier, avilit un secteur de grande valeur culturelle, sociale, économique et – à mon avis – aussi de prévention sanitaire. Cela a donné lieu à un besoin personnel et professionnel – mais pas seulement – d’organiser un programme d’études qui formerait des professionnels de la cosmétique ayant un profil bien défini pour la « prescription » et le conseil en matière de produits et de traitements de beauté. Aujourd’hui, c’est devenu ma priorité de travail passionnante.

GA : Pouvez-vous nous dire de quoi il s’agit et quelles sont les opportunités pour les jeunes qui décident de s’engager dans cette voie ?

MTA : le cours pour informateur qualifié en cosmétique ICQ®, promu par le département des sciences de la vie et de la biotechnologie de l’université de Ferrara en collaboration avec Cosmetica Italia, est né pour jouer un rôle central entre cosmétologue et esthéticienne et sa tâche est de valoriser l’utilisation des produits cosmétiques permettant au public d’aborder le monde de la beauté avec confiance, au-delà de toute promesse publicitaire imaginaire ou information trompeuse.

À l’exception des dermatologues et des spécialistes de la peau, les seuls professionnels reconnus dans ce domaine sont le cosmétologue – formulateur et connaisseur de produits cosmétiques, diplômé de disciplines scientifiques et titulaire d’un master en cosmétologie – et l’esthéticienne, qui s’occupe de l’application des produits sur la peau et de ses traitements, qui est titulaire d’un diplôme d’école CFP. Mais il manque les professionnels qui relient ces deux mondes indispensables au secteur. L’intention est de les former à communiquer – dans la relation d’achat – la valeur des cosmétiques non seulement d’un point de vue scientifique, mais aussi social et humain. L’ICQ est donc une figure compétente, dotée d’empathie et de capacités d’écoute, qui sait comprendre les besoins et est capable de transmettre des messages riches en valeur et de diffuser une nouvelle culture du bien-être en donnant des réponses opportunes et appropriées.

GA : Comment le programme d’études est-il organisé ?

MTA : C’est un cours dynamique qui combine des leçons frontales et des exercices pratiques. Il s’agit d’un cours hétérogène car il se prête à un public ayant des formations différentes. En effet, elle accueille des jeunes de différents milieux scolaires et académiques (diplômés ou non), unis par la conscience que cette nouvelle figure professionnelle est capable de faire la différence dans le processus relationnel avec le client.

Le but ultime est de présenter l’ensemble de la production cosmétique nationale et internationale aux consommateurs par le biais de canaux de vente tels que la pharmacie, le marché de masse, l’herboristerie, la parapharmacie, la parfumerie, le commerce électronique.

Le projet ICQ® est unique et éclectique par l’ampleur des sujets traités. Il existe en effet des liens multidisciplinaires dans le cadre des études, allant de l’étude de la peau à la psyché, de l’histoire à la science, de l’éthique à l’esthétique, du parfum aux sens, de l’étiquette à l’équilibre, du marketing à l’éducation, de la culture à la vie, de la communication au maquillage, de la narration à la beauté. Avec l’aval de l’université.

GA : Que recommandez-vous aux jeunes qui n’ont pas encore d’idées claires sur leur avenir professionnel ?

MTA : Etudier à ICQ® n’est pas seulement une expérience de connaissance transversale de la Cosmétique, c’est aussi une façon de devenir un de ces professionnels qui peuvent « manipuler avec soin » les domaines de connaissance kaléidoscopique de la Cosmétologie. ICQ® est en effet capable d’identifier les domaines communicants qui lui sont liés – esthétique, beauté, bien-être, santé – avec toutes les implications scientifiques et sociales sous-jacentes. Pouvoir transmettre des messages riches en valeur et diffuser une nouvelle culture du bien-être fait de l’ICQ® Qualified Cosmetic Informer un professionnel, dont la formation passe aussi par la « simple » vente d’un produit cosmétique qui apporte des compétences solides et une formation pluridisciplinaire.

GA : Une fois le parcours scolaire terminé, où l’ICQ® trouve-t-il un emploi ?

MTA : Le « Qualified Cosmetic Informant » (informateur cosmétique qualifié) d’ICQ® joue un rôle très important dans le transfert d’informations cosmétiques les plus qualifiées possibles. Il permet aux entreprises de transmettre leurs messages directement et ponctuellement, en évitant les interprétations erronées et l’intermédiation de diffuseurs improvisés. De plus, il est indispensable que la personne qui se connaît puisse trouver dans son point de vente de confiance un personnage capable de la guider dans la mer d’informations disponibles mais souvent incorrectes ou manipulées avec art.

Le Cosmetic Informer trouve facilement des emplois dans différents domaines en fonction des compétences acquises :

En B2B

– au sein des entreprises du secteur en tant que consultant en beauté ;

– promoteur qualifié ou informateur sur les produits – alter ego de l’informateur sur les médicaments – dans les réseaux de vente ou les bureaux de marketing ou en tant que formateur en beauté des entreprises ;

En B2C

– en pharmacie, parfumerie, herboristerie, magasins monomarques, e-retail : en tant que chef de rayon dans tous les canaux de vente, capable d’entrer en relation avec les gens selon les nouveaux diktats du marketing H2H < Human to Human.

——————————————————————————————————————

GA : Je pense qu’ICQ® est une figure professionnelle indispensable pour redonner aux cosmétiques la juste valeur, surtout sur le marché de la vente au détail. C’est l’opérateur capable de connaître et de conseiller, avec des compétences technico-scientifiques, des produits et des traitements axés sur la personne et ses besoins psychophysiques.

Je recommande vivement ce programme d’études à tous ceux qui pensent être nés pour la beauté et qui souhaitent en faire partie en acquérant des compétences sérieuses et du professionnalisme.

En fait, je crois en la nécessité d’élever le niveau qualitatif et quantitatif de la formation à toutes les catégories du secteur cosmétique. Je rêve, en outre, de la possibilité de rendre ces cours accessibles également aux jeunes issus de la PCP, qui en sont aujourd’hui empêchés par une politique scolaire absurde qui voit les Centres de Formation Professionnelle arrêter leur formation à la 4ème année.

Depuis des années, je partage le projet éducatif ICQ® en participant à l’ouverture de l’année universitaire avec mon témoignage d’entrepreneur et d’industriel, en mettant à disposition du cours deux professionnels de mon équipe qui font partie du corps enseignant. À des fins pédagogiques, j’accueille les étudiants du cours sur les sites de production de mon entreprise.

Par le biais de mon onlus Beauty Force, j’ai fait don à l’Université de Ferrara de La Biblioteca della Bellezza, un fonds d’archives de plus de 300 textes de littérature scientifique (et pas seulement), très utiles au sein de l’université pour la valeur culturelle dont ils sont porteurs.

Je profite de l’occasion pour souhaiter aux nouveaux membres du cours qui débutera le lundi 26 octobre un excellent début d’année académique ! Joyeux ICQ® à vous tous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.