LA SCIENCE DERRIÈRE LA FORMULATION COSMÉTIQUE. Le mot au chimiste, cosmétologue et chercheur Dr Antonio Avolio

La science et la recherche sont fondamentales pour la croissance et l’évolution de l’industrie cosmétique, car elles garantissent l’innovation continue des produits et de leurs ingrédients, répondant aux nouvelles attentes croissantes des consommateurs, de plus en plus orientés vers des produits efficaces, sûrs et garantis.

La beauté et les cosmétiques ont toujours reflété les besoins sociaux contingents en influençant et en étant influencés par les événements qui se produisent autour de nous et qui déterminent les nouvelles consommations et habitudes.

Les conséquences de la pandémie de Covid-19 ne concernent pas seulement les effets en termes physiques, liés à l’infection, mais toute une série de changements importants dans tous les aspects de notre vie, qui persisteront pendant une très longue période, même après l’administration convoitée du vaccin.

Jamais auparavant la véritable valeur scientifique des cosmétiques n’a été révélée au public et au consommateur, qui, par le passé, avait rarement perçu le grand et constant travail de recherche et d’innovation qui se cache derrière chaque produit. Reconnaissance également obtenue par les institutions qui ont permis à la population, avec le dernier DPCM, d’accéder aux rituels de la beauté professionnelle dans les salons de coiffure et d’esthétique véhiculant protection, respect, sécurité et dignité à travers le produit cosmétique. Les mots clés qui distinguent le monde actuel des cosmétiques.

Les entreprises cosmétiques italiennes investissent environ 6 % de leur chiffre d’affaires dans la recherche et le développement, alors que la moyenne industrielle nationale est estimée à 3 %.

Dans mon groupe, l’investissement dans la recherche et l’innovation a atteint, ces derniers mois, un pourcentage de 9 % du chiffre d’affaires annuel.

Aujourd’hui, je suis avec le Dr Avolio, chimiste pharmaceutique, chercheur et formulateur de produits cosmétiques et de coloration capillaire. Directeur du laboratoire de recherche et d’innovation UBI UNIVERSAL BEAUTY INNOVATION de NG GROUP UNIVERSAL. Auteur de publications scientifiques et de brevets d’instruments certifiés, qui exploitent des matières premières innovantes.  Il nous aidera à comprendre ce qui se cache derrière la formule cosmétique des produits les plus demandés sur le marché aujourd’hui.

GA : Dr. Avolio : les nouveaux besoins des consommateurs reflètent la nécessité de combattre l’anxiété générée par le virus, en demandant au cosmétique de répondre efficacement par la science. Au départ, il y a eu un boom de la demande de gel désinfectant pour les mains, qui s’est maintenant stabilisée en termes de volume. Comment, par le biais de la recherche, avez-vous répondu à cette demande ?

AA : Nous avons immédiatement essayé de trouver une solution à la sécheresse et à la déshydratation excessives causées par l’utilisation fréquente de produits contenant de l’alcool, afin de pouvoir assainir et hydrater les mains en une seule solution. Après des journées intenses de recherche sur les formules, nous avons pu mettre au point le premier sérum désinfectant et émollient pour les mains, une formule antibactérienne végétalienne sans alcool, certifiée par Macrofarm, une spin-off de l’université de Calabre et testée sous contrôle dermatologique. L’action purifiante et antibactérienne s’exerce grâce à l’oxygène actif et est égale à celle des produits contenant 70% d’alcool. Une recherche est en cours pour évaluer la permanence dans le temps de la barrière protectrice qui se crée sur la peau après l’application du sérum assainissant, car cela permettrait d’avoir une sorte de gant naturel pendant une période prolongée, ce que nous sommes en train de mesurer.

Une attention particulière a également été accordée à l’étude du parfum du sérum, développant un bouquet aux notes fraîches, relaxantes et anti-stress. L’odorat est l’un des sens les plus profondément liés à la mémoire, c’est pourquoi nous parlons de mémoire olfactive. Lorsqu’elle est stimulée, elle est capable de renvoyer des souvenirs même très lointains dans le temps. L’odorat, en percevant certaines odeurs, peut aider à acquérir un bien-être psychophysique pour soulager les tensions, rééquilibrer l’anxiété et induire des sensations agréables. Il s’agit donc d’un véritable produit multifonctionnel et polyvalent.

GA : Au cours de cette période, il y a également eu une grande augmentation, en particulier par le biais des canaux numériques, des ventes de produits dédiés à l’Autobeauté, y compris ceux liés à la coloration des cheveux. De nombreuses offres étaient déjà sur le marché, mais il s’agissait souvent de produits décevants, en raison de la faible couverture des cheveux gris, des couleurs limitées qui ne répondaient pas aux attentes et étaient souvent trop agressives. Comment répondez-vous à cette demande par l’intermédiaire du laboratoire de recherche et d’innovation ?

AA : Depuis des années, une étude est en cours sur la recherche d’une solution dédiée aux kits de coloriage domestique, qui pourrait atteindre toutes ces performances, mais grâce à une vitesse d’obturation plus rapide. Enfin, en accélérant les recherches pendant le confinement, nous avons formulé la coloration « 10 minutes », qui répond à ces besoins, permettant d’obtenir le résultat maximum en termes de coloration, dans le temps de pose le plus court possible.

C’est une formule végétalienne, testée dermatologiquement, pour laquelle de nombreuses nuances ont été développées, très intenses avec des reflets brillants et une couverture maximale des cheveux blancs.  La formule ne contient pas de gluten, de parabens, de silconi, de MEA, de SLES/SLS, de formaldéhyde et de phosphates. Nous y avons inséré un actif, breveté par nous, à base de taurine, afin d’augmenter l’élasticité des cheveux et de restaurer leur physiologie naturelle, avec pour résultat une plus grande résistance à la traction et à la rupture, une protection de la structure cuticulaire et une plus grande brillance. Nous avons également inclus un mélange d’acides aminés d’origine végétale aux caractéristiques restructurantes, réparatrices et renforçantes de la kératine. Ce fut un grand effort de la part de tout le laboratoire, mais le résultat obtenu est excellent tant en termes de couleur naturelle que de propriétés cosmétiques.

GA : Les détergents à action antibactérienne sont une autre catégorie de produits très demandés à cette époque, peut-être parce qu’on leur confie le désir et la nécessité de nettoyer en profondeur la peau et les cheveux, en éliminant toute possibilité de contamination par des bactéries et des virus. Le shampoing est la catégorie qui fait l’objet de la plus grande concurrence entre les entreprises, ce qui se traduit par une grande variété de préparations, dont les effets sont les plus divers. Quelles sont les caractéristiques de la formulation d’un nettoyant capillaire de nouvelle génération ?

AA : Aujourd’hui, pour formuler un cosmétique de qualité, il faut non seulement connaître la chimie des substances qui le composent et garantir sa stabilité d’un point de vue moléculaire, mais aussi connaître les facteurs et mécanismes physiologiques qui interagissent dans le problème ou dans la fonctionnalité du produit. Un nettoyant capillaire doit contenir plusieurs composants, dont la fonction n’est pas seulement de laver, mais aussi de rendre le produit légèrement conditionnant, agréable dans sa texture, son parfum et facile à utiliser. Il s’agit d’un ensemble complexe de différentes substances, dont l’ingrédient actif est le tensioactif : l’agent de lavage, que nous, formulateurs, appelons SAL (substance active de lavage).

Les agents de surface les plus couramment utilisés dans les shampooings sont anioniques, cationiques, amphotères et non ioniques et peuvent être classés en primaire et secondaire, en fonction de leur utilisation dans la formulation, mais aussi de leurs caractéristiques chimiques. L’agent de surface primaire constitue la base du shampoing et est généralement un agent de surface anionique. Il existe toutefois des exceptions, comme dans les shampoings pour enfants, où des agents de surface amphotères ou non ioniques sont utilisés afin de réduire l’agressivité et les effets irritants sur les yeux qu’ils peuvent provoquer. Les agents de surface secondaires, en revanche, sont généralement utilisés pour réduire les agressions, améliorer l’aspect et la quantité de mousse, améliorer la sensation de la peau. Viennent ensuite de nombreuses substances qui servent à stabiliser la mousse (stabilisateurs de mousse), à rendre le shampoing plus dense (agents de contrôle de la viscosité), et à corriger le pH pour l’amener à des valeurs plus physiologiques (5,5:6,5) (correcteur de viscosité).

Les conservateurs jouent un rôle important pour assurer un faible niveau de contamination microbiologique, car le shampoing, étant composé d’un pourcentage élevé d’eau, est un environnement fertile pour le développement de bactéries et de moisissures. Le parfum est crucial pour transmettre le choix du consommateur et, en cette période, il joue un rôle fondamental en tant que facteur évocateur de propreté et de fraîcheur. Il peut agir non seulement sur le plan sensoriel mais aussi curatif lorsqu’il est obtenu à partir de l’utilisation d’huiles essentielles. Les agents fonctionnels sont des substances qui confèrent au shampoing d’autres qualités, telles que des agents antipelliculaires, anti-irritants, conditionneurs, etc.

GA : La valeur scientifique des cosmétiques est de plus en plus essentielle. La recherche donne une impulsion considérable au secteur et crée une collaboration entre les laboratoires, tant dans les universités que dans l’industrie. Les frontières avec les autres disciplines se réduisent : de nombreux produits se situent désormais à la frontière entre la médecine et la cosmétique, car ils sont capables de soigner et de prévenir les anomalies cutanées, tout en remplissant des fonctions cosmétiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.